BIENVENUE SUR MON BLOG
Un blog sur : sculpture ornementale sur bois , l'ornementation et la décoration.
Dessin et fabrication artisanale de tous les sculptures ornementales et ornements ornementaux sur bois . Reproductions et propres créations du mobilier Liegeois


vendredi 18 août 2017

SCULPTURE LIÉGEOISE | INTÉRIEUR LIÉGEOIS DU 18ème SIÈCLE | MOBILIER LIÉGEOIS

Le meuble liégeois |  Ornements liégeois

Le meuble liégeois

Le meuble liégeois est dans un premier temps caractérisé par ses sculptures, et seulement ensuite par sa marqueterie et son meuble polychrome.
Le point culminant sera maintenu tout au long du 18e siècle, lorsque Liège dépasse la création des provinces françaises, où le sculpteur-tailleur sur bois est d'une importance modérée.
Ce magnifique mobilier comme nous l'entendons était principalement destiné à une clientèle, qui, grâce à ses ressources financières, pouvaient rivaliser avec la bourgeoisie parisienne.

Meubles Liégeois au Musée d'Ansembourg à Liège

En ce qui concerne le 18ème siècle, le mobilier Liégeois a atteint une place d'honneur dans l'histoire de l'art. En effet, les meubles Liégeois et autres réalisations en bois du 18ème siècle confirment le goût assuré de leurs créateurs. Même si les noms de ces maîtres ne sont pas connus, leurs œuvres sont néanmoins prisées au travers du monde des amateurs d'antiquités.
Les créations Liégeois ont toujours su éviter les excès du Rococo, leurs créateurs maîtrisent parfaitement leur métier.
Leur inspiration vient de leur clientèle d'élite pour laquelle ils ont travaillé: ces clients ont donné accès à leurs bibliothèques, où les professionnels ont pu comparer les différents styles.

Hall d'entrée du Musée d'Ansembourg

Seule une infime partie du mobilier Liégeois et des sculptures d'ornements Liégeoises peuvent être datés précisément, certains portent une date ou un monogramme, caché dans un endroit discret, référant au moment de leur fabrication.

Pour d'autres meubles, mais très rarement, une signature de la main ou la marque du fabricant donne une notion de la période de fabrication. Ou dans un autre cas encore, en particulier concernant le mobilier fixe, car on connaît les clients, il est possible de dater les meubles.

Les dates antérieures sont d'ordre historique. On peut aussi continuer à comparer les styles de décorations. Tout comme il est possible de dater en comparant le mobilier religieux (murs lambrissés, autels, confessionnaux, ...) avec d'autres meubles : si le Prince-évêque de Liège Liège appartenaient à l'aristocratie, les artistes de mobilier religieux ont également travaillé pour la bourgeoisie.

Certains meubles d'église, comme le buffet bas, ne diffèrent même pas de leurs sœurs laïques. Le mobilier religieux est généralement simple à dater, grâce aux archives.


Partie d'une cheminée dans le style Liégeois


Il faut être prudent avec les dates, car les menuisiers Liégeois aiment reprendre des styles antérieurs, ainsi le résultat était souvent une combinaison de différents styles de décoration, ou même un style intégralement ancien.
Liège a quasi-simultanément découvert les styles Louis XIV et Régence. Les ornements de style Louis XIV sont introduits avec retard.
En gros, nous pouvons dater ces créations entre les années 1715 et 1740, une période qui couvre en France le style Régence (1715-1724). Avant 1715, l'année de la mort de Louis XIV, nous ne constatons aucune de ces décorations dans le mobilier Liégeois, qui seront ensuite pourtant utilisées longtemps.

Le style rocaille et les formes arrondies se retrouve entre les années 1740 et 1765, en particulier sous le règne du prince évêque Jan Théodore de Bavière. Au 18ème siècle, les menuisiers Liégeois restent longtemps fidèles au style Louis XIV. Avec l'introduction au style Régence, le style rocaille apparaît, d'abord doucement, et vers 1770, des lignes classique et symétrique se retrouvent sur les meubles aux allures de style Louis XIV.



La structure du meuble reste inchangée: le compromis est dans les décors. Dans un cadre strict on retrouve les courbes du style Rocaille, des arrangements floraux charmants et des arcs pleins de vitalité se joignent.

Cette fusion d'éléments décoratifs a deux étapes bien précises, respectivement, le développement (1740-1765) et la maturation du style Rocaille (1765-1780). Cela concerne aussi bien les meubles que les autres applications décoratives, tel que les lambris. Le style Louis XV pur est quasi-inconnu à Liège et ses environs. Mais certains meubles, destinés à la bourgeoisie, grâce à leurs ornements, s'en rapprochent.


Musée d'Ansembourg | Intérieurs Liégeois du 18ème siècle

http://www.patrickdamiaens.be
Mon FB Page

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire